Une capsule de suicide

, par Elsa Moreira.

Cette invention pas peu controversée permettra une nouvelle porte de sortie pour les personnes souhaitant avoir recours à l’aide médicale à mourir…

Une nouvelle capsule controversée permet désormais de mettre fin à ses jours de manière paisible dans le cadre d’une euthanasie. Cette capsule, nommée Sarco et surnommée par plusieurs la « Tesla de la mort », a été développée par le docteur Philip Nitschke. Un article publié sur Interesting Engineering nous parle de cette innovation et de ses caractéristiques.

 

Un emploi pour vous?

Une invention pleine d’empathie

Philip Nitschke est le fondateur d’Exit International, une organisation défendant l’euthanasie depuis 1996. Il explique à Interesting Engineering qu’il comprend que son invention n’est pas pour tout le monde, mais qu’il va quand même rendre le design disponible gratuitement sur Internet.

La machine en question se nomme le Sarco. Selon son fondateur, il s’agit d’une capsule crée pour donner aux gens plus de contrôle et de dignité dans leur décision de mettre fin à leurs jours. Dans un paragraphe publié dans le Huffington Post, Nitschke explique qu’il a créé le Sarco pour soutenir « le concept d’une belle mort pour n’importe quel adulte rationnel ».

« Avoir le contrôle donne de la confidence, restaure le sentiment du soi. Et, oui, cela crée de la dignité dans la vie grâce à la connaissance qu’on aura de la dignité dans la mort », a-t-il ajouté.

 

Une mort sans douleur

Qu’il restaure la dignité ou non, une chose est sûre, le Sarco offre une mort sans douleur. La machine fonctionne en provoquant une hypoxie, un état atteint en réduisant les niveaux d’oxygène par l’injection d’azote. L’hypoxie, telle que décrite par Nitschke, mène à une perte de connaissance euphorique, suivie d’une mort paisible. Bref, aucune souffrance physique ici.

Le Sarco, nommé d’après le mot « sarcophage », est disponible en trois modèles : le premier est imprimé en 3D, le deuxième est portatif, et le troisième a son propre cercueil intégré. Le Sarco possède une tablette digitale avec un code à quatre chiffres pour libérer l’azote, qui peut aussi être libérée par une commande vocale ou un mouvement oculaire pour les personnes à mobilité réduite.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Dufour recrutement de personnel
  • Groupe Canam – Bâtiments et Structures
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.