Connect&Go jusqu’aux JO !

, par Florence Breton.

Les bracelets connectés de la firme montréalaise sont utilisés aux Jeux olympiques de PyeongChang. Connect&Go est de plus en plus sollicitée pour des événements d’envergure, et des dizaines d’embauches sont à venir dans ses bureaux de Montréal…

Connect&Go, spécialisée dans l’Internet des objets, a vu le jour il y a six ans à Montréal et rapidement, sa technologie basée sur une puce de radiofréquence a été remarquée. Les bracelets connectés de l’entreprise, développés à Montréal et produits en Chine, avaient d’abord été développés pour le Beach Club de Pointe-Calumet. Ils ont ensuite été utilisés dans des événements comme des festivals et le Grand Prix de Montréal.

La compagnie est de plus en plus en demande. La boîte de 45 employés souhaite engager 30 personnes seulement pour l’année 2018. Gestion de projet, marketing, technologie, développement ; les besoins sont multiples. «On recherche toujours des gens, on embauche constamment», souligne le cofondateur Dominic Gagnon.

Un emploi pour vous?

 

Deux appels pour des contrats par jour !

Connect&Go a développé un tatouage intelligent qui a été utilisé lors du Superbowl, pour permettre aux 70 000 spectateurs de payer rapidement et sans contact. « On est aujourd’hui parmi les plus gros joueurs au monde dans notre industrie, se réjouit Dominic Gagnon. Chaque jour, on reçoit d’un à deux appels pour des contrats à l’international. »

Selon lui, le fait d’être une entreprise montréalaise avantage Connect&Go sur ses principaux concurrents à travers le monde. « Montréal est reconnu comme un milieu créatif dans le monde du divertissement », souligne-t-il.

L’entreprise a aussi fait les manchettes lorsqu’elle a annoncé avoir conçu un bracelet destiné aux itinérants pour leur permettre d’acheter des produits prédéfinis grâce à de l’argent qu’ils peuvent recevoir à partir des cellulaires de donateurs.

Ce projet doit d’ailleurs voir le jour à l’été 2018, mais avec certaines modifications puisqu’il avait été l’objet de plusieurs critiques. « On a écouté ce que les gens avaient à dire et on va lancer un projet philanthropique parce qu’on pense qu’il y a vraiment un besoin », estime Dominic Gagnon.

 

Direction les Olympiques

Et voilà que les bracelets connectés de l’entreprise ont été sollicités pour les présents Jeux olympiques. Ils sont distribués aux athlètes et à leur famille et sont liés par reconnaissance faciale. Ils assureront la sécurité du site, en plus de servir de mode de paiement.

L’équipe a dû faire vite, puisqu’elle a été mandatée pour ces 12 000 bracelets seulement quatre mois avant le début des Jeux. « Dans le milieu événementiel, c’est très souvent à la dernière minute, donc on est habitué de faire face à de courts délais », affirme le co-fondateur de Connect&Go.

La jeune pousse montréalaise ne se tournera pas les pouces puisque déjà, l’équipe est en discussion avec le comité organisateur des Jeux de Tokyo en 2020. Connect&Go tentera prochainement de conquérir l’Europe puisqu’elle ouvrira un bureau d’ici la fin du mois de février à Paris. « Notre chiffre d’affaires là-bas se situe en bas de 5%. On veut développer ce marché-là », évoque Dominic Gagnon. Puis, pour la prochaine année, l’entreprise veut se concentrer sur les parcs d’attraction.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Dufour recrutement de personnel
  • Groupe Canam – Bâtiments et Structures
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.