Des bonds de géant en télémédecine

, par Sophie Ginoux.

La Covid-19 a accéléré l’émergence de nouvelles technologies en télémédecine. Quelles sont celles à surveiller ?

La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication pour mettre en relation les patients et les médecins. Elle existe depuis des années, mais la pandémie actuelle en a vulgarisé l’approche auprès du public. 

Aujourd’hui, il existe donc sur le marché un certain nombre d’outils et de plateformes permettant aux praticiens de la médecine moderne de faire des consultations et de suivre l’état de santé de leurs patients à distance. Des outils qui pourraient également, dans un futur proche, permettre aux patients de contrôler leurs principaux paramètres sans avoir à consulter ou à se rendre aux urgences à la moindre inquiétude. 

Un emploi pour vous?

Un décollage spectaculaire

Au plus haut de la pandémie, les patients ont déserté les hôpitaux et les cabinets médicaux, craignant d’être contaminés par la covid-19. De la même manière, dans le but de limiter la propagation du virus, les établissements hospitaliers et les cliniques ont eux aussi de leur côté décidé de mettre en place plusieurs mesures pour éviter l’afflux de patients.

La télémédecine s’est donc naturellement imposée comme la meilleure solution pour assurer la continuité des soins tout en limitant les contacts humains, jugés à risque. Elle était déjà pratiquée, à dose homéopathique, par certains établissements de santé et médecins avant la crise sanitaire, mais celle-ci lui a fait connaître un succès fulgurant. 

Au Québec, trois mois après le début de la pandémie, plus d’un million de patients avaient eu une consultation virtuelle avec un omnipraticien, et 400 000 autres avec un médecin spécialiste. On imagine à quel point ces chiffres ont augmenté jusqu’à maintenant.

C’est ce qui explique que des chercheurs de partout se sont attelés au développement de nouveaux outils pour rendre la télémédecine plus accessible aux professionnels et aux particuliers.

La médecine à domicile

Si les services en télémédecine ont littéralement explosé depuis un an et demi, ils ont aussi illustré les lacunes et le retard technologiques que plusieurs secteurs de la santé pouvaient connaître.

Comme l’a d’ailleurs indiqué Bertin Nahum, fondateur de l’entreprise Medtech, au micro de Futura Tech, « Il y a encore de cela 20 ans, on n’aurait sans doute pas imaginé qu’un cœur artificiel ou un exosquelette pourraient exister dans la réalité. Mais la chirurgie et la médecine au sens large du terme ne pouvaient pas échapper à la révolution technologique présente dans tous les autres secteurs de la vie quotidienne. C’est-ce qui explique la grande accélération des avancées dans les blocs opératoires, de la robotisation médicale. » Et l’arrivée d’innovations plus près de nous que jamais.

Outre les nombreuses plateformes de téléconsultation (comme Olive pour les particuliers et Dialogue pour les entreprises au Québec), des entreprises développent des outils faciles d’utilisation pour les patients, notamment des technologies portables et des dispositifs médicaux à domicile pour vérifier leur tension artérielle, leur taux de glycémie, leur température et leur rythme cardiaque, ainsi que pour transmettre les résultats à leur médecin pour analyse. Les prestataires, de leur côté, peuvent saisir sous forme informatique des notes sur les patients, rédiger des ordonnances virtuelles et les référer directement aux pharmaciens et aux spécialistes sur leur propre site web.

Certaines sociétés préparent aussi ce à quoi ressemblera sans doute le suivi médical dans un futur proche. La japonaise Bisu, par exemple, est en train de finaliser la conception d’un véritable petit laboratoire à domicile qui devrait être commercialisé en Europe et en Amérique du Nord en 2022. Intitulé Bisu Body Coach, ce système d’analyse de l’urine et de la salive utilise des bandelettes microfluidiques, bien plus précises que les anciennes bandelettes réactives pour analyser 11 biomarqueurs (hydratation, pH, taux de vitamine C, de magnésium, de calcium, de sodium, de potassium, d’acide urique et de cétones) grâce à un lecteur utilisant la spectrométrie

Vidéo de présentation du Bisu Body Coach (en anglais)

De plus, ce petit appareil innovant se synchronise avec une application mobile qui, en plus d’afficher les résultats, offre des conseils pour améliorer l’hygiène de vie du patient. Le médecin traitant ou le spécialiste dudit patient peuvent aussi consulter ces résultats (ou le confier à des robots de télésanté autonomes) et agir rapidement si la situation l’exige. De quoi exciter certains hypocondriaques, mais surtout rassurer beaucoup de patients qui n’ont pas de médecin de famille.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Laporte Experts Conseils inc.
  • Alifab
  • Merkur
  • EMS
  • GBI experts-conseils
  • Seneca Experts Conseils
  • OCO Technologies inc.
  • Drouin Ressources Humaines
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.