D'ingénieur à gestionnaire | Génie-Inc

D’ingénieur à gestionnaire

, par Alexis Vailles.

Vous souhaitez monter dans la hiérarchie de votre entreprise en vous qualifiant comme gestionnaire ? C’est un parcours qui peut s’avérer plus difficile que vous ne le croyez, selon une experte…

 

 

Un emploi pour vous?

 

Nathalie Vuitton est une ingénieure française qui, après avoir passé plusieurs années à encadrer des équipes, est devenue consultante en ressources humaines. Son travail consiste notamment à faire du coaching pour les ingénieurs souhaitant faire le saut vers un poste de gestion. Elle écrit sur Techniques de l’ingénieur que la transition d’un ingénieur vers le management n’est pas toujours simple, et qu’il faut bien s’y préparer.

 

Le management n’est pas pour tout le monde

 

Il faut d’abord tirer cette idée au clair : le management n’est pas fait pour tous les ingénieurs. Beaucoup de modèles classiques suggèrent que l’ingénieur arrivé à mi-parcours de sa carrière doit laisser de côté ses habiletés techniques et se convertir en gestionnaire ou chef d’équipe. Toutefois, de nombreux ingénieurs ne veulent pas changer leur type de travail ou ne sont pas qualifiés pour des tâches de management.

Nathalie Vuitton croit d’ailleurs que certains ingénieurs ne parviennent jamais tout à fait à devenir gestionnaires. Cela dépend, selon elle, des types de personnalité. Notamment, les ingénieurs qui portent beaucoup attention aux détails sont moins aptes à gérer des employés que ceux qui sont plutôt portés à avoir une vision d’ensemble d’un projet.

Ceux qui toutefois semblent être bien qualifiés pour ce type de poste ont beaucoup à apprendre pour y devenir compétents.

 

Développer son savoir-être

 

Les écoles de génie forment très bien les futurs ingénieurs d’un point de vue technique, mais ceux-ci présentent souvent des lacunes dans leurs habiletés de gestion. Nathalie Vuitton croit que ce type d’habileté ne peut vraiment se développer que si elle est apprise sur le terrain.

L’ingénieure divise les connaissances en deux catégories : le « savoir-faire », celui qui est appris sur les bancs d’école, et le « savoir-être », qui s’apprend dans la vie courante et qui se développe avec l’expérience.

Le savoir-être se développe en tenant compte des composantes humaines et de l’environnement de travail. Savoir travailler sous pression, développer des liens avec son équipe, sonder l’opinion des ingénieurs, reconnaître leur travail et créer un sentiment d’appartenance en sont de bons exemples.

Il est également important de comprendre qu’il n’existe pas de formule pré-écrite dans la manière dont un gestionnaire devrait travailler. Chaque gestionnaire possède des forces et des faiblesses, et chacun doit adapter ses méthodes de management dépendamment des gens avec qui il travaille. C’est là toute la force d’un bon gestionnaire : la capacité d’adaptation et le leadership sont les deux qualités qui sont souvent décisives dans un processus de gestion de projet.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Droit-inc
  • Génie-inc
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.