-->

Effondrement partiel de viaduc à Québec : un manque de sécurité, selon l’APIGQ

, par Alexis Vailles.

Les ingénieurs de la fonction publique estiment que le Ministère des Transports devrait en faire davantage en matière de sécurité.

Les travaux d’élargissement de l’autoroute Henri-IV, à Québec, ont pris une tournure dramatique, jeudi soir, alors qu’un accident de travail est survenu. Vers 23h, un viaduc en rénovation s’est partiellement effondré, provoquant des blessures à trois travailleurs. Heureusement, personne n’est décédé dans l’accident.

L’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) a aussitôt réagi, accusant le Ministère des Transports du Québec (MTQ) de ne pas avoir assuré son rôle en matière de sécurité.

Un emploi pour vous?

« Le gouvernement a sous-traité la sécurité du public au privé », estime le président de l’APIGQ Marc-André Martin, en entrevue avec Radio-Canada.

Selon le président, les ouvrages temporaires comme les étaiements qui ont cédé durant la construction du viaduc, ne sont pas soumis à une vérification de la part du MTQ.

« On va déléguer ça à l’entrepreneur. […] On se lave les mains, on se déresponsabilise », fustige M. Martin.

Un viaduc s’est partiellement effondré jeudi soir à Québec, dans le cadre de travaux d’élargissement de l’autoroute Henri-IV. Trois travailleurs ont été blessés dans l’accident. (Photo : Radio-Canada).

 

Toutefois, ces ouvrages temporaires ne sont pas construits de manière arbitraire : de telles structures doivent être approuvées par le sceau d’un ingénieur professionnel. M. Martin estime toutefois que le MTQ devrait effectuer une « surveillance accrue » à chaque étape de la construction de tels ouvrages, ce qui permettrait d’éviter un autre drame.

Du côté du MTQ, la porte-parole Émilie Lord confie à Radio-Canada que l’organisation attend de connaître la cause exacte de l’effondrement de la structure avant de poser un diagnostic. Selon le Ministère, la sécurité est la responsabilité des entreprises, qui « ont des ingénieurs qui sont au dossier, qui certifient la sécurité des chantiers ».

L’an dernier, un accident similaire à celui de l’autoroute Henri-IV était survenu. Un autre viaduc, situé sur l’autoroute Félix-Leclerc à Beauport, avait cédé sous le poids de la machinerie.



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.