-->

Les ingénieurs du gouvernement du Québec en grève soirs, nuits et fins de semaine

, par Radio-Canada.

Les ingénieurs à l’emploi du gouvernement du Québec ont amorcé dans la nuit de jeudi à vendredi une grève partielle. Ils débraieront de soir, de nuit et de fin de semaine.

La prochaine rencontre de négociation n’est prévue que le 25 août, a indiqué en entrevue Marc-André Martin, président de l’APIGQ (Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec). Ses membres vont donc s’en tenir à leurs tâches normales, à l’horaire de jour, la semaine.

Ce sont les travaux prévus de nuit, parce que la circulation est assez importante, comme à Montréal et à Québec, qui seront principalement touchés, a précisé M. Martin. En cas d’urgence, les ingénieurs seront toutefois au poste.

Un emploi pour vous?

Les services essentiels ont d’ailleurs été négociés entre les parties, a affirmé M. Martin, bien qu’il semble que le ministère veuille faire ajouter d’autres travaux à ces services essentiels.

La grève a débuté à 00 h 01 dans la nuit de jeudi à vendredi pour se poursuivre jusqu’à 7 h vendredi. Elle recommencera ensuite à 22 h vendredi pour se poursuivre jusqu’à 7 h lundi.

Points de litige

Plusieurs points sont en litige : les salaires, la formation, l’autonomie professionnelle et le suivi de la sous-traitance. Ces points sont abordés dans un rapport, dont les parties avaient convenu, lors de la dernière négociation.

Ce rapport devait permettre de ramener l’expertise des ingénieurs au sein du gouvernement, selon M. Martin. Ceux-ci sont en effet moins rémunérés que dans les firmes privées de génie-conseil. Il rapporte un salaire moyen de 82 710 $ pour un « ingénieur standard » au sein du gouvernement. Le maximum de l’échelle salariale est de 95 859 $.

Il est photographié dans un bureau. Le président l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, Marc-André Martin (archives). PHOTO : RADIO-CANADA

Ce rapport traite de rémunération, mais aussi de mentorat entre ingénieurs plus et moins expérimentés, de projets qui représentent un défi pour les ingénieurs et qui sont aptes à les stimuler dans le développement de leur carrière.

M. Martin affirme que ce rapport, d’une importance cruciale pour l’APIGQ (Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec), a été carrément « tabletté » par le gouvernement. « Le gouvernement a pris le rapport Gendreau et il l’a mis à la poubelle. Il refuse d’en parler », soutient le président du syndicat.

Les ingénieurs, qui avaient fondé beaucoup d’espoir dans la mise en application de ce rapport, se sentent donc « trahis ». « Le gouvernement a une obligation morale de discuter avec nous du rapport, de son application. Ce qui a permis de signer la convention, la dernière fois [en 2017], c’est ce comité indépendant », s’est exclamé M. Martin.

Joint au téléphone, le Conseil du Trésor n’a pas voulu commenter les moyens de pression des ingénieurs du gouvernement. Il a toutefois indiqué que « les négociations se poursuivent à la table ».



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • GBI experts-conseils
  • Alifab
  • EMS
  • Merkur
  • Laporte Experts Conseils inc.
  • Drouin Ressources Humaines
  • OCO Technologies inc.
  • Seneca Experts Conseils
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.