Que dire et ne pas dire lorsque vous quittez votre emploi ?

, par Florence Breton.

L’entrevue de départ peut être un moment délicat, mais il y a des stratégies qui vous permettront de vous en sortir en gardant une bonne réputation.

Oublier des informations clés dans un CV ou une demande d’emploi peut avoir d’importantes conséquences pour les chercheurs d’emploi. Mais lorsqu’un ingénieur dont la démission est déjà soumise quitte, il ne sert à rien d’agir avec trop d’honnêteté, surtout dans le contexte d’une entrevue de départ.

La vérité est que les entreprises agissent rarement sur les suggestions ou les plaintes formulées par les ingénieurs qui partent.

Un emploi pour vous?

 

« Ne soyez pas un héros lorsque vous vous apprêtez à quitter », conseille Robbie Abed, ancien consultant en informatique, fondateur et auteur de « Fire Me I Beg You ». Si vous voulez vraiment faire une différence, ajoute-t-il : « Soyez un héros pendant que vous êtes là ».

Dans cet esprit, voici trois choses que vous devriez (et ne devriez pas) dire lors d’une entrevue de départ.

 

Quand décliner l’entrevue

Si vous travaillez pour une grande entreprise avec des milliers d’employés, peu de gens remarqueront si vous vous désengagez poliment d’une entrevue de sortie; ceci est particulièrement vrai pour les entreprises qui ont tendance à programmer de tels entretiens à la dernière minute, comme une pure formalité.

C’est une question différente dans les petites et moyennes entreprises, où vous devriez accepter le processus d’entrevue de sortie pour ne pas brûler les ponts.

« Si vous voulez vraiment avoir une conversation productive, invitez votre ancien patron à prendre un café ou à déjeuner dans un mois ou deux [après votre départ], a suggéré Abed. Il a beaucoup plus de chances d’être franc et honnête avec vous concernant ses décisions et son autorité après votre départ de l’organisation ».

 

Prenez la voie rapide

Quelle que soit la gravité des problèmes ou la piètre manière dont on vous a traité, utilisez votre entrevue pour vous concentrer sur les points positifs, tels que les aspects gratifiants de votre travail. « L’interviewer vous demandera assurément pourquoi vous partez et comment l’entreprise et votre manager pourraient s’améliorer », explique Erik Dietrich, ancien consultant informatique et fondateur de DaedTech LLC.

Puisque vous avez tout à perdre et rien à gagner à ce stade, amenez la discussion vers les avantages de carrière de votre nouvelle opportunité est une stratégie plus efficace, a-t-il ajouté. Se concentrer sur l’avenir peut vous empêcher de vous plaindre ou de vous lancer dans une diatribe négative. Mettre en évidence les choses qui vous ont attiré à un nouveau poste communique indirectement pourquoi vous étiez insatisfait de votre ancien travail.

Par exemple, vous pouvez expliquer que ce n’était pas une décision facile, mais qu’une nouvelle opportunité s’est présentée et qu’elle était trop bonne pour la laisser passer.

« S’en tenir à des éléments généraux concernant la culture d’entreprise en offrant des suggestions d’amélioration, a déclaré Dietrich. Sinon, l’interviewer peut se mettre sur la défensive ou réagir en faisant une contre-offre, vous laissant dans une position inconfortable ».

 

Ça ne restera pas entre vous…

Peu importe ce qu’on vous dit, toute rétroaction négative que vous fournissez aux RH reviendra probablement à votre patron et à vos collègues. Certaines entreprises peuvent même vous demander de signer les notes de l’intervieweur. Et puisque vous ne connaissez peut-être pas l’agenda caché de l’intervieweur, ne mettez rien par écrit.

Il faut reconnaître que c’est un très petit monde, note Abed: « N’exprimez pas de frustration et ne mentionnez pas les noms. Vous ne savez jamais quand votre chemin croisera à nouveau celui d’un ancien coéquipier ou d’un patron ».

Et si vous envisagez de déposer une action en justice ou une plainte contre l’entreprise, il est possible que les choses dites dans une interview de sortie puissent avoir un impact sur votre cas. Vous ne voulez certainement pas répéter des potins de bureau ou accuser votre patron ou vos collègues de comportements inappropriés (qui pourraient être interprétés comme calomnie).

Il est certainement préférable de garder l’entrevue de sortie professionnelle et productive. Après tout, vous votez déjà avec vos pieds.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Dufour recrutement de personnel
  • Groupe Canam – Bâtiments et Structures
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.