-->

Repenser l’urbanisme avec des caméras thermiques

, par Alexis Vailles.

Un ingénieur français a employé la technologie de caméras thermiques pour mettre l’accent sur les îlots de chaleur dans les milieux urbains.

À la fin du mois de juillet, alors que la canicule faisait rage à Paris, l’ingénieur électrique français et militant environnementaliste Thibault Laconde y est allé d’une idée fort originale pour démontrer l’impact des décisions d’urbanisme sur le climat des grandes villes.

 

Un emploi pour vous?

Sur son compte Twitter, l’ingénieur a publié une série de photos de la capitale française prises avec une caméra thermique, afin de démontrer comment les matériaux et l’organisation des villes augmente la température et crée des îlots de chaleur.

L’ingénieur électrique Thibault Laconde (source : LinkedIn).

Plusieurs lieux de Paris ont ainsi été passés au peigne fin : la Tour Eiffel, le Louvre, le Lion de Denfert, la Seine, le quai François Mitterrand, la gare Saint Lazare, l’avenue de l’Opéra, et le Palais Royal.

Le constat est visuellement cinglant : à certains endroits, la température atteint plus de 50 degrés Celsius. Sans surprise, ce sont les routes et structures en béton, en asphalte ou en métal qui atteignent les températures enregistrées les plus élevées. Sur le périphérique, la température s’approche même des 60 degrés!

À l’inverse, les lieux où la végétation est plus abondante et ceux comportant des points d’eau, ont une température plus basse, avoisinant les 35 degrés.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.