Se pratiquer à aller sur Mars sur le sol volcanique islandais

, par Alexis Vailles.

Le mois dernier, la NASA a testé un rover martien en Islande pour la prochaine mission sur Mars. Et c’est une équipe canadienne qui en était responsable…

La NASA se prépare avec sérieux pour la relève du robot Curiosity, qui foule le sol de la planète rouge depuis 2012. Le prochain rover à se déplacer sur Mars quittera la Terre en 2020, et en est présentement à ses derniers préparatifs.

Or, comment s’entraîner efficacement à se déplacer sur le sol martien… avant d’être sur Mars? Des terres volcaniques en Islande s’avèrent être un endroit idéal pour ce type d’exercice.

Un emploi pour vous?

Ainsi, durant trois semaines en juillet, plusieurs tests ont été effectués par des ingénieurs et scientifiques sur le champ de lave de Lambahraun, au pied du glacier Langjökull.

Ce n’est pas par hasard que cet endroit a été choisi : il présente plusieurs similitudes avec le sol martien.

« La minéralogie en Islande est très similaire à celle que nous trouverions sur Mars. De plus, il y a peu de végétation et il fait froid », explique à Radio-Canada Ryan Ewing, professeur en géologie et géophysique à l’Université A&M du Texas.

Ce n’est pas la première fois que des sols volcaniques islandais sont utilisés pour la préparation à des missions spatiales. Entre 1965 et 1967, pas moins de 32 astronautes des missions Apollo s’y étaient rendus pour suivre une formation sur la géologie, sur un territoire grandeur nature.

Le rover qui sera envoyé sur Mars en 2020 est équipé de capteurs 3D, d’un ordinateur, d’une caméra à deux objectifs et de divers instruments scientifiques. Son poids est de 570 kg, et sa vitesse, de 20 cm/s (0,72 km/h).

 

Une équipe canadienne en tête

Bien que ce soient les américains qui enverront le rover sur la planète rouge, c’est à une entreprise canadiens que la NASA a confié la mission des tests effectués en Islande.

Ainsi, l’entreprise Mission Control Space Services, basée à Ottawa, avait à expérimenter avec un prototype d’astromobile SAND-E (Navigation semi-autonome pour les environnements détritiques).

Le responsable espace et instruction de Mission Control Space Services, Adam Deslauriers, a grandement vanté les qualités du rover de la NASA.

« Ce rover est fondamentalement indestructible. Ceux que nous avons sur Mars et la Lune seraient beaucoup plus sensibles à l’environnement et aux conditions de l’Islande : un rover lunaire n’est absolument pas préparé à la pluie », confie-t-il à Radio-Canada.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Dufour recrutement de personnel
  • Groupe Canam – Bâtiments et Structures
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.