La réconciliation avec les autochtones par le génie?

, par Alexis Vailles.

Une initiative de l’Université de Toronto vise à résoudre des problèmes reliés au génie dans certaines communautés autochtones.

Lundi et mardi avaient lieu la conférence Innovation Station, à Sioux Lookout dans le Nord-Ouest de l’Ontario. La petite ville sert de centre de services à plusieurs communautés de la région.

Le Centre for Global Engineering, de l’Université de Toronto, était présent à la conférence pour échanger sur des manières de résoudre divers problèmes qui minent les communautés autochtones grâce à l’expertise en génie.

Un emploi pour vous?

Sonia Molodecky, directrice de l’initiative Reconciliation Through et instigatrice du projet, explique que l’objectif de la mission du Centre for Global Engineering est de mettre des professeurs et des experts à l’écoute, afin de rapprocher les deux solitudes.

Sonia Molodecky, directrice de l’initiative Reconciliation Through.

 

Au cours de la conférence, plusieurs problèmes ont été abordés. Les défis d’infrastructures, le manque d’eau potable, l’insécurité alimentaire, l’énergie, les télécommunications, les services de transport ont occupé l’essentiel des conversations.

« Il faut reconnaître que nous devons commencer à les évaluer de manière holistique », affirme Mme Molodecky à Radio-Canada. « Ces défis sont tous interreliés et il y a beaucoup de choses que nous pouvons apprendre du savoir autochtone et nous espérons que cela nous guidera, alors que nous essayons d’élaborer des solutions ».

Donny Morris, chef de la Première Nation de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug, dit espérer que la conférence marquera le début d’une longue relation de travail entre les deux partis. Il explique à Radio-Canada qu’un manque de logements adéquat et des infrastructures de traitement des eaux défaillantes sont problématiques dans la région.

Mais le leader autochtone y voit aussi une belle opportunité pour l’éducation.

« Nous avons plusieurs élèves qui arrêtent leur parcours éducatif après le secondaire et ne vont pas à l’université. S’ils pouvaient correspondre avec l’Université de Toronto, avoir l’occasion de voir le travail qui s’y fait, ils pourraient s’y intéresser », croit-il.

Donny Morris, chef de la Première Nation de Kitchenuhmaykoosib Inninuwug.

 

Plusieurs experts ont déjà été envoyé dans les communautés du Nord-Ouest ontarien, à la demande des communautés, afin de résoudre des problèmes de nature technique.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Dufour recrutement de personnel
  • Groupe Canam – Bâtiments et Structures
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.