-->

La sonde InSight sur le point de se poser sur Mars

, par Radio-Canada.

Après un voyage de 7 mois et de 485 millions de kilomètres, la sonde InSight de la NASA doit atteindre la surface martienne au milieu de l’après-midi…

Les 7 dernières minutes du voyage seront cruciales au succès de la mission. La sonde pénétrera alors dans l’atmosphère martienne à la vitesse de 10 000 km/h et sera ensuite freinée dans sa descente vers la surface par un parachute et des rétrofusées.

Les ingénieurs responsables de la mission, qui se trouvent au laboratoire Jet Propulsion (JPL) de l’agence spatiale situé à Pasadena, en Californie, estiment que la sonde touchera le sol à 15h (HNE).

Un emploi pour vous?

En vedette
Comblé
ESTIMATEUR
Béton Provincial
Trois-Pistoles, QC, Canada
13 Nov. 2020 Consulter
En vedette
Comblé
view
SNC-LAVALIN
Val-d'Or, QC, Canada
8 Oct. 2020 Consulter

Farah Alibay, ingénieure au JPL, a testé l’atterrisseur et participera justement aux opérations d’InSight une fois l’atterrissage réussi. Elle explique que les derniers moments du voyage sont très délicats, puisque l’atmosphère de Mars est complexe : assez épaisse pour surchauffer la sonde, mais aussi trop mince pour permettre un atterrissage en douceur.

La mission InSight (pour Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport), d’un coût total de 993 millions de dollars, a été lancée en Californie en mai dernier. Elle se posera à 600 km du point d’atterrissage du robot Curiosity, arrivé en 2012, qui est le dernier engin de la NASA à s’être posé sur la planète rouge.

Cette sonde pèse 360 kg. Elle est la 21e mission lancée par les États-Unis vers Mars depuis les missions de survol Mariner dans les années 1960. Près de 20 autres missions ont été lancées vers Mars par d’autres pays.

Son objectif sera de surveiller, pendant une année martienne (686,98 jours terrestres), l’activité sismique de la planète voisine de la Terre. Elle procédera à quelques forages à l’aide d’une perceuse de fabrication allemande qui peut descendre jusqu’à cinq mètres de profondeur dans le sol martien.

Les sondes Viking, au milieu des années 1970, étaient déjà équipées de sismomètres, mais ils étaient fixés au sommet des atterrisseurs, ce qui s’est révélé en grande partie inefficace.

InSight est également munie d’un sismomètre de haute précision, de fabrication française, destiné à déceler les vibrations les plus ténues des « tremblements de Mars » et les impacts de météorites.

L’objectif de la mission est de recueillir des informations sur la formation de cette planète.

Comme la Terre et Mars se sont probablement formées de manière similaire, il y a 4,5 milliards d’années, la NASA espère lever le voile sur les raisons pour lesquelles elles sont si différentes.

Les scientifiques s’attendent à enregistrer jusqu’à une centaine de « tremblements de Mars » au cours de la mission, qui doit durer environ deux ans terrestres.

 

Deux nanosatellites accompagnent InSight

Deux nanosatellites expérimentaux (environ 13,5 kilogrammes) ont été lancés en même temps que la sonde. Les CubeSats MarCO-A et MarCO-B serviront à titre expérimental de relais de télécommunications entre la Terre et InSight durant la descente de celui-ci vers la surface de Mars.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.