-->

Finissant en génie logiciel, il s’est lancé en affaires

, par Alexis Vailles.

Cet étudiant de la Polytechnique a lancé son entreprise de services informatiques, et compte bien faire carrière à son compte…

François Lévesque complète bientôt son baccalauréat en génie logiciel à la Polytechnique, et souhaite poursuivre ses études à la maîtrise. Le futur ingénieur a toutefois un plan d’avenir bien précis : son entreprise en informatique Witify. Joint par Génie-inc, il a bien voulu nous parler de son parcours d’entrepreneur.

 

Un emploi pour vous?

Parle nous un peu de ton parcours. Pourquoi avoir choisi le génie logiciel?

Je souhaitais étudier dans un programme qui est à la fois technique et artistique. J’ai fait un an au baccalauréat en architecture, mais je ne m’y plaisais pas suffisamment pour rester.

Je faisais déjà quelques contrats de freelancing et de développement web, et j’aimais beaucoup ça. J’ai donc opté pour le génie logiciel afin d’approfondir mes connaissances en la matière.

 

Il n’est pas obligatoire d’être ingénieur pour travailler en informatique. Selon toi, quels sont les avantages à étudier en génie?

Je me posais la même question lors de ma première année de génie! (rires)

Il y avait beaucoup de cours de mathématiques et de physique, ce qui était relativement éloigné de ce que je souhaitais faire en logiciel. J’ai toutefois décidé de rester dans le programme pour obtenir mon diplôme, un choix que je ne regrette pas du tout.

Compléter mon diplôme en génie m’a avantagé de trois manières différentes. Premièrement, cela m’a appris à mieux me débrouiller et à mieux me discipliner. Deuxièmement, avoir étudié dans le domaine me donne une crédibilité supplémentaire auprès des clients. Troisièmement, j’y ai développé de nombreuses connaissances qui permettent de s’attaquer à tous les problèmes, autant au niveau technique que d’un point de vue gestion de projet.

 

Tu as lancé durant tes études l’entreprise Witify. En quoi ça consiste?

En commençant mon baccalauréat, je faisais du design web; mon entreprise s’appelait alors Cumulus Web Design. À ma deuxième année à la Poly, je me suis associé avec un ami et nous avons lancé Witify.

Notre entreprise offre des produits et services numériques variés : nous concevons des sites web, des applications mobiles, ou encore de l’Enterprise Resource Planning (ERP). Nous avons aussi créé un logiciel de simulation boursière qui est devenu très populaire dans certaines écoles secondaires, cégeps et universités.

 

Tu as donc commencé en faisant du design web. Comment t’es venue l’idée d’en faire?

Lorsque j’étais au cégep, mon père souhaitait créer un site web et je me suis proposé pour le faire. Le design web m’avait toujours intéressé, parce qu’il s’agit d’un mélange intéressant de contenu et de design créatif.

J’en ai eu la piqûre, et je me suis rapidement trouvé d’autres opportunités de contrats grâce au bouche- à-oreille.

 

Il y a de nombreuses entreprises dans le milieu du web. Comment faites-vous pour vous démarquer de la compétition?

Nous misons beaucoup sur la qualité de l’approche client. Plusieurs entreprises dans l’industrie n’assurent pas un bon suivi auprès de leurs clients, alors nous communiquons beaucoup avec eux pour nous démarquer.

 

Pourquoi avoir choisi de te lancer en entreprise plutôt que de chercher un emploi?

J’ai voulu me lancer en entreprise pour la liberté que ça m’offre, pouvoir choisir les projets sur lesquels je travaille et décider moi-même de la direction que je souhaite prendre.

 

Quels sont les risques encourus?

Je vois beaucoup d’amis se trouver de bons emplois au sein de diverses entreprises. Cela me fait prendre conscience des risques que je prends en me lançant en affaires.

L’instabilité financière est le plus gros risque, étant donné que nos revenus dépendent des contrats que nous parvenons à obtenir. Nous devons aussi penser au travail 24 heures sur 24, sept jours sur sept, contrairement à un ingénieur à l’emploi d’une entreprise. La question légale représente aussi un élément de stress : chaque contrat représente une lourde responsabilité.

 

Comptes-tu rester en affaires pour le reste de ta carrière?

Je souhaiterais évidemment consacrer ma carrière entière à mon entreprise. Maintenant que mes études achèvent, je vais pouvoir me consacrer à temps plein à mon entreprise et je pourrai avoir un aperçu réaliste des revenus que nous pourrons faire annuellement.

Je me suis fixé un objectif pour me lancer de manière réaliste : si, deux ans après la complétion de mes études, je n’arrive pas à atteindre le revenu d’un ingénieur junior, je reconsidérerai ma carrière d’entrepreneur. Nous croyons toutefois, mon associé et moi, atteindre cet objectif.

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.