Un(e) ingénieur(e) en robotique, ça fait quoi?

, par Alexis Vailles.

Cette spécialisation de génie rare et nouvelle opère dans le milieu de la haute technologie et dans le secteur industriel.

Le génie robotique est en fait une spécialisation qui ne compte pour l’instant qu’un très faible nombre d’ingénieurs. Mais avec l’automatisation de nombreux emplois et la montée de l’intelligence artificielle, il y a fort à parier que d’ici quelques années, il s’agira d’un domaine phare de génie!

En quoi consiste donc la profession d’ingénieur en robotique? Nous en avons dressé les principales caractéristiques.

Un emploi pour vous?

 

Les tâches de l’ingénieur en robotique

Dans le cadre de son travail, l’ingénieur en robotique a pour rôle de concevoir divers appareils et robots industriels visant l’automatisation d’un procédé ou d’une tâche.

Des connaissances dans de divers domaines sont ainsi à maîtriser. L’ingénieur en robotique conçoit des instruments biomédicaux, des systèmes aéronautiques, des équipements de sécurité informatique et de télécommunications, et des systèmes d’intelligence artificielle et d’automation industrielle.

Il s’agit donc, en quelque sorte, d’un hybride unique entre le génie de la production automatisée, le génie informatique, le génie logiciel, le génie industriel et le génie électrique.

 

Le salaire

Comme la profession d’ingénieur en robotique est encore nouvelle, peu de données existent quant à sa rémunération.

On peut toutefois estimer que le revenu moyen d’un ingénieur en robotique se compare à celui d’un ingénieur en production automatisée, qui est de 87 758 $ par année. À titre comparatif, la moyenne des ingénieurs québécois, toute spécialisation confondue, est de 101 726 $ par année.

Cet écart avec la moyenne s’expliquerait par le fait que les ingénieurs en production automatisée et en robotique sont généralement plus jeunes : lorsque l’on compare le revenu selon l’expérience, les salaires sont similaires à ceux du génie mécanique ou du génie civil.

La situation de l’emploi est aussi très bonne : d’après Métiers Québec, tous les finissants du programme qui se trouvent un emploi dans leur domaine!

Dans le cadre de son travail, l’ingénieur en robotique a pour rôle de concevoir des appareils et robots industriels de tout genre.

 

La formation

Pour devenir ingénieur en robotique, il faut compléter son baccalauréat d’une durée de quatre ans dans le domaine, en plus de devenir membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec.

Une seule université québécoise offre le baccalauréat en génie de la robotique : l’Université de Sherbrooke.

 

Les secteurs d’emploi

La robotique est essentiellement employée dans le milieu de la haute technologie et le secteur industriel. Les emplois principaux dans le domaine ont ainsi lieu auprès des manufacturiers d’appareillage et équipements industriels, dans le secteur aéronautique, dans le secteur des télécommunications et auprès des manufacturiers de systèmes d’imagerie médicale ou industrielle.

Il est ainsi possible de travailler dans des entreprises comme ABB, Eriksson, la STM, VIA Rail Canada, Canadian National (CN), Canadian Pacific (CP), Bombardier, CAE, Alstom, Kruger, Cascades, Rio Tinto Alcan, Arcelor Mittal, Safran., ou les firmes de génie-conseil comme SNC-Lavalin, WSP-Global, AECOM ou Tetra Tech.

 

Et trouver un emploi d’ingénieur en robotique sur Génie-inc, c’est possible? 

Bien sûr! Vous n’avez qu’à rechercher parmi les centaines d’offres d’emploi publiées chaque semaine!

 



Partagez cette nouvelle!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Les employeurs qui recrutent
  • Drouin Ressources Humaines
  • EMS
  • Laporte Experts Conseils inc.
  • Alifab
  • OCO Technologies inc.
  • Seneca Experts Conseils
  • Merkur
  • GBI experts-conseils
Recevez les derniers articles Carrière
et offres d'emplois directement dans votre boîte de réception!
Vous avez des questions?
Nous sommes ici pour vous aider.